Faites partie de la Communauté et profitez de l'Opportunité pour réaliser votre projet!

Actualités

Projet Agropastoral

Réaliser mon rêves de construire et gérer une ferme agropastorale.

Pouvoir financer mes études à l'étranger

Je souhaiterais pouvoir financer mes études à l’étranger et acheter une petite maison pour ma famille.

Je souhaite me lancer dans la production de savon

Je recherche des fond pour acheter et exploiter une unité de production de savons.

Construire la maison de mes rèves

Je recherche des fonds pour construire une maison. Une grande et belle maison dans un endroit calme et et tranquille.

Faire naître un projet ou le soutenir avec le Crowdfunding

Parmi les 5 grandes formes de crowdfunding, le "don contre don" est celui qui dispose de la plus grande connaissance auprès du grand public. Popularisé par des plateformes comme Kickstarter ou Indiegogo aux USA, cette forme de crowdfunding a permis à des projets artistiques, culturels, innovants et humanitaires de trouver un financement en des temps records.

Il s'agit d'un nouveau modèle de financement où les plateformes (de nature généraliste ou de niche) mettent en relation porteurs de projets et personnes souhaitant "donner de la puissance" à une aventure qui leur tient tout particulièrement à cœur.

Les projets en B2C (se monétisant auprès de particuliers) toucheront davantage de personnes, car un donateur a besoin de s'identifier fortement à la clientèle potentielle du produit.

Comment se déroule une campagne ?

Généralités et comportements à adopter

Le principe du crowdfunding en don contre don est plutôt simple. Le porteur de projet soumet une présentation de son idée de produit ou œuvre. Il est instantanément visible à la communauté existante sur la plateforme qu'il aura choisi, et voilà sa campagne lancée !

Il est à noter que le porteur de projet se doit de choisir par avance une durée de campagne et le montant qu'il souhaite obtenir. Il est inutile de vouloir obtenir plus d'argent qu'il n'est nécessaire pour la réalisation. En effet, il est normal pour un donneur de savoir à l'avance ce qui sera fait de son argent (et de celui des autres). Tout excès de la part du porteur de projet pourrait être l'obstacle numéro 1 à son financement.

A l'inverse, ce qui peut sembler moins évident mais qui est pour autant tout aussi dangereux serait de ne pas fixer le montant recherché assez haut. Quand on parle de "don contre don", on parle d'une valeur monétaire avec contrepartie. Le porteur de projet doit donc être en mesure de calculer le coût de revient de ses contreparties :
Prenez l'exemple d'un artiste qui promet d'envoyer un CD à toute personne qui lui donnerait 20 €. En fonction du nombre de personnes qui auront choisi cette valeur (et c'est une des plus populaires avec 10, 50 et 100 €), l'artiste devra s'assurer que son opération lui permettra d'amasser assez de fonds malgré les coûts liés à ses contreparties.

De manière générale, on estime que la valeur monétaire de la contrepartie ne doit pas dépasser 25% du don. Une fois de plus, ce n'est pas du profit que viennent chercher les internautes mais bien des expériences et la satisfaction d'avoir aidé un projet à voir le jour.

Répartition des montants des contributions sur KissKissBankBank
Les montants les plus populaires sur KissKissBankBank, d'après une étude de Guillaume Peyronnet.

La règle des 3 Cercles ou le cycle de vie d'une campagne

La spécificité la plus forte (qu'on retrouve moins dans les autres formes de crowdfunding) est la notion de Cercles de financement. La typologie de donneurs qui se succèdent est bien souvent similaire d'une campagne à une autre. Comment séduire une personne afin qu'elle fasse un don ? Malgré la qualité exceptionnelle dudit projet, comment émerger sur une plateforme de crowdfunding et gagner la confiance de sa communauté ? Enfin de compte, qu'est-ce qui pousse une personne à donner de l'argent ?

La première piste de réponse se situe au plus près du porteur de projet (sa famille, ses amis). Ce sont eux qui apporteront les premières pierres à l'édifice. En faisant suffisament décoller la barre de progression, ils montrent leur soutien au porteur de projet permettant ainsi de déclencher la seconde vague de financement (ou le deuxième Cercle). Ils se positionnent comme des ambassadeurs, qui auront alors un fort pouvoir de conviction auprès de leur propre réseau.

Vient ensuite le second Cercle : le réseau du premier cercle. Ce sont les "amis des amis". En un sens, on peut dire qu'il est le plus important car c'est sur lui que repose la confiance que vous accordera le troisième Cercle. En effet, obtenir des fonds de la part de proches n'est pas la tâche la plus compliquée. Mais obtenir un geste de la part de personnes qui sont des connaissances éloignées voires étrangères à notre quotidien l'est beaucoup plus ! A cette étape, si les retours sont bons et qu'un engouement se généralise, on peut estimer que c'est un excellent signal pour la suite. Il faut alors adapter sa communication, remercier généreusement les donateurs pour en conquérir de nouveaux. Et qui sait, ces personnes qui n'étaient pas de vos amis se comporteront peut-être aussi comme des ambassadeurs et porteront votre projet dans leur quotidien sans que vous le sachiez.

Les personnes du troisème Cercle n'interviennent généralement pas avant que les deux premiers se soient totalement exprimés. Ces personnes sont pour le porteur de projet de véritables inconnus. Ils ne passeront à l'acte du don qu'à la condition qu'ils soient vraiment touchés par l'ambition du projet. C'est donc toute la communication du projet qui doit s'adapter et s'optimiser à ce moment de la campagne. Tous les supports "riches" comme vidéos, interviews, ou passages médias sont à mettre en avant pour "rassurer" les donneurs, c'est crucial. La plupart des fonds d'une campagne se trouvent à cette étape, il ne faut pas surtout pas la négliger et toujours rester proactif afin de déclencher une certaine viralité auprès des personnes obtenues.

Que se passe-t-il si le projet n'atteint pas 100% ?

Dans un cas sur deux, un projet n'arrive pas à atteindre son objectif dans le temps qui lui était imparti. Quelle qu'en soit la raison - et même si il manquait quelques pourcents - le porteur du projet ne pourra pas boucler sa campagne et n'aura pas la possibilité de réaliser son projet avec la somme en question.

En effet, en partant du postulat que la somme initialement prévue permet uniquement de réaliser un projet sans le bénéfice de marger par ailleurs, on estimera alors que l'entrepreneur n'aura pas assez d'argent pour mener vraiment à bien son projet. Les fonds sont alors réaffectés aux bonnes personnes, et la plateforme ne prélève évidemment aucune commission. La campagne est annulée, mais les leçons apprises par l'entrepreneur permettront de mieux rebondir pour la suite !